L’empire d’Alexandre

009

La conquête d’Alexandre figure parmi les événements qui ont le plus marqué l’histoire de l’Occident et de l’Orient. Le roi macédonien, fils de Philippe II et élève d’Aristote, devint le modèle du conquérant, intrépide et tenace, fondateur d’un Empire trop vaste pour les hommes, trop fragile pour perdurer. Lui seul était à la mesure de ses conquêtes. Partis de Macédoine, Alexandre et son armée parcoururent la quasi-totalité du monde connu, du Nil jusqu’à l’Indus, exportant leurs coutumes, découvrant les traditions étrangères, perses ou égyptiennes. Sur leur passage, ils fascinaient et inquiétaient. car aux yeux des grecs conquis et, à plus forte raison, des élites du brillant Empire achéménide déchu, Alexandre et ses hommes n’étaient  que des barbares, issus d’une civilisation de bergers. Se présentant pourtant comme l’héritier de l’hellénisme classique et le défenseur des cités face à l’ennemi perse, Alexandre fit de l’Orient un monde grec. Mais ce monde, dès la précoce disparition d’Alexandre, se morcela. Il devint un monde composite et cosmopolite, à l’image des nouvelles grandes agglomérations : Alexandrie, Antioche, Pergame. Issus des guerres fratricides  opposant les anciens généraux et amis d’Alexandre, apparurent les royaumes. Cette forme politique caractéristique du monde hellénistiques, vit  l’implantation de dynasties qui régnèrent jusqu’à l’arrivée  d’une nouvelle ère : Rome et ses légions. Le terme « hellénistique », désignant cette période qui s’étend  de la mort d’Alexandre à la conquête romaine, inventé par les historiens allemands du XIXe siècle, signifie « qui parle le grec ». Ce livre  raconte comment, des suites d’une conquête, le monde méditerranéen et l’Orient se mirent à parler grec.

Publié dans : Histoire & Civilisations |le 8 novembre, 2019 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Desmotspourmesmaux |
Magister60 |
ColoSanguinet2018 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ET SI JE CHANGEAIS DE CORPS
| Mon chemin vers le jeune
| Marikadorian