Georges Clemenceau

La liberté à tout prix

019

« Tombeur de ministères », « Tigre », « premier flic de France », « Père de la Victoire »… La carrière de Georges Clemenceau fut longue et elle a marqué l’histoire de France et de l’Europe depuis le Second Empire jusqu’à la veille de la crise de 1929. Tour à tour enfermé dans Paris assiégé en 1870, maire sous la Commune, médecin des pauvres à Montmartre, député, sénateur, dreyfusard, journaliste, écrivain, ministre de l’intérieur, président du Conseil, constamment en mouvement, on l’a jugé souvent insaisissable et contradictoire. Son unité vient d’ailleurs : il a porté, contre tous les conformismes, un individualisme farouche, servi par un courage rare. Au service du patriotisme, de la République, de la beauté, de la justice, des droits de l’homme, de l’anticolonialisme, de la santé et de la culture pour le peuple, dans tous les ordres de la pensée et de l’action, il se rebella sans relâche, parfois injuste mais toujours sincère, contre la fausse évidence des lâchetés et des compromissions.

Publié dans : Les Rebelles |le 3 septembre, 2018 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Pensées éparses d'une ... |
Desmotspourmesmaux |
Magister60 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ET SI JE CHANGEAIS DE CORPS
| Mon chemin vers le jeune
| Marikadorian