Arbres patriarches

003

La France possède des arbres magnifiques, joyaux de nos campagnes et témoins de  notre passé. De l’olivier millénaire qui s’épanouit à Roquebrune-Cap-Martin aux majestueux pins de l’étang de Hanau dont les cimes semblent caresser le ciel, certains fascinent par leurs dimensions remarquables. D’autres ont été plantés pour marquer une date exceptionnelle et portent la mémoire de leur terroir. D’aucuns sont vénérés depuis des siècles, aïeuls protecteurs et rassurants. Cet ouvrage vous propose une galerie de portraits de près de cinquante arbres patriarches, qui émeut autant qu’elle impressionne.

Publié dans : France Extraordinaire | le 25 août, 2019 |Pas de Commentaires »

Les jardins de Kew – Virginia Woolf

Kew Gardens and other short stories

018

Les nouvelles de ce livre illustrent bien la technique narrative de l’auteur de Mrs Dalloway et offrent des exemples de ce que Woolf appelait « les moments de vie », ces instants de révélation dans lesquels un personnage devient pleinement conscient de lui-même. Dans Les Jardins de kew, nouvelle située dans le fameux jardin botanique londonien, Woolf semble traduire en mots un tableau impressionniste. L’errance d’un escargot parmi les fleurs, la forme et la couleur d’un pétale ou les fragments de conversations des flâneurs constituent un ensemble de boîtes chinoises où chaque élément s’intègre dans un autre, depuis le détail le plus minuscule jusqu’au « murmure » de la grande ville qui les contient tous.

Publié dans : Nouvelles Bilingues | le 15 août, 2019 |Pas de Commentaires »

Rêves d’hiver – F. Scott Fitzgerald

Winter Dreams

017

Publiée en 1922, la nouvelle Rêves d’hiver est un concentré de l’oeuvre de Scott Fitzgerald. On y retrouve les relations binaires qui tourmentèrent l’imagination littéraire de l’écrivain : la pauvreté et la richesse, le passé et le présent, les illusions et les désillusions, l’attente et la nostalgie. Dexter Green, l’enfant pauvre qui devient un homme riche, anticipe la figure tragique de Gatsby, alors que Judy Jones évoque immanquablement Daisy, son amour impossible. Ces dernières correspondent  au prototype des héroïnes de Fitzgerald, femmes fatales à l’existence dorée qu’on pourrait résumer au ton séducteur de leur voix « pleine d’argent » et à leur indifférence affichée aux conséquences de leurs actes. Rêves d’hiver explore une des faces cachées du rêve américain.

Publié dans : Nouvelles Bilingues | le 7 août, 2019 |Pas de Commentaires »

La Croix bleue – G. K. Chesterton

The Blue cross

016

La Croix bleue est le premier récit que Chesterton consacra à son grand personnage, le père Brown, dont la condition de prêtre catholique, rompu aux confessions du tout-venant, lui assure les meilleures dispositions pour la résolution des affaires criminelles. A la différence d’un Sherlock Holmes, aux méthodes fièrement scientifiques, le père Brown fait preuve d’humilité et d’un raisonnement davantage intuitif, qui lui permet de se glisser « dans la peau » du criminel. Par l’empathie et l’amour du prochain dont son héros fait preuve, Chesterton sait muer les enquêtes du père Brown en de véritables essais sur la nature humaine. A ce titre, Les secrets du père Brown renferme une thèse essentielle : « Nul homme n’est véritablement bon tant qu’il n’a pas compris combien il est mauvais, ou combien il pourrait l’être. »

Publié dans : Nouvelles Bilingues | le 7 août, 2019 |Pas de Commentaires »

L’officier noir – Joseph Conrad

The Black Mate

009

Souvent considérée comme la première oeuvre de fiction écrite par Joseph Conrad, en dépit de sa publication tardive, L’Officier noir relate l’affrontement entre le capitaine Johns et son second à bord du Sapphire. Un homme à la remarquable chevelure couleur jais. L’officier Bunter, comme bien des héros de Conrad, prétend être ce qu’il n’est pas et se débat pour définir les contours de son identité. De fait, on trouve dans cette nouvelle bien des éléments présents dans l’oeuvre postérieure de l’auteur, à l’instar du narrateur anonyme qui ne participe qu’indirectement à l’action, ou du huit clos maritime où ne saurait manquer la tempête cathartique.

Publié dans : Nouvelles Bilingues | le 13 juillet, 2019 |Pas de Commentaires »

L’énigme de Fermat

Trois siècles de défi mathématique

011

« Eurêka ! » En 1993, le New York Times célébrait un retentissant exploit mathématique : la résolution du théorème de Fermat par Andrew Wiles. Tout avait commencé par une annotation inscrite par Pierre de Fermat en marge des Arithmétiques de Diophante. « J’ai découvert une merveilleuse démonstration mais la marge est trop étroite pour la contenir ». Le défi était lancé. Ce livre raconte l’odyssée, semée de pièges et de fausses pistes, des mathématiciens qui lui ont consacré leurs recherches.

Publié dans : Le monde est Mathématique | le 2 juillet, 2019 |Pas de Commentaires »

Dilemmes de prisonniers et stratégies dominantes

La théorie des jeux

010

Domaine de liberté par excellence, le jeu a vu lui aussi apparaître l’influence des mathématiques ! Les travaux de John Von Neumann, Emile Borel puis le célèbre John Nash permirent d’élaborer de nouveaux modèles de stratégies gagnantes, visant à maximiser ses gains au jeu. Nommée « théorie des jeux », cette discipline voit aujourd’hui ses applications s’étendre à l’économie, la politique, la sociologie, la philosophie jusqu’au domaine militaire et à la théorie de l’évolution !

Publié dans : Le monde est Mathématique | le 8 juin, 2019 |Pas de Commentaires »

La quatrième dimension

Notre univers est-il l’ombre d’un autre ?

011

Il a suffit que les mathématiciens démontrent, au XIXème siècle, qu’il était possible de dépasser les trois dimensions caractérisant notre expérience du monde sensible pour captiver l’imaginaire collectif ! Laissant entrevoir un univers d’apparitions fantasmagoriques et d’objets impossibles, la quatrième dimension, popularisée dans Flatland, le roman d’E. A. Abbott, a dès lors gagné la peinture, la sculpture, l’architecture et le cinéma, jusqu’aux sciences occultes !

Publié dans : Le monde est Mathématique | le 4 juin, 2019 |Pas de Commentaires »

Feynman et l’électrodynamique quantique

Quand un photon rencontre un électron

021

Richard Feynman fut l’un des physiciens les plus importants du XXe siècle. De l’arme atomique à l’électrodynamique quantique, des quarks aux nanotechnologies, il fut de toutes les révolutions de son siècle. Mais on se souvient aussi de lui comme d’un professeur hors pair, d’un grand vulgarisateur et d’une figure publique très respectée. Sa personnalité intense et ses opinions tranchées lui valurent l’admiration de beaucoup et l’animosité de quelques-uns, mais il est indiscutable que sans lui, la physique moderne ne serait pas la même.

Publié dans : Grandes idées de la Science | le 22 mai, 2019 |Pas de Commentaires »

Gauss et le théorie des nombres

Si les nombres pouvaient parler

020

Carl Friedrich Gauss est à l’origine d’avancées considérables dans des domaines aussi divers que les mathématiques, les statistiques, la physique ou l’astronomie. Construction à la règle et au compas d’un polygone régulier à 17 côtés, démonstration du théorème fondamental de l’algèbre, calcul de l’orbite de l’astéroïde Cérès, on ne compte plus les découvertes de ce grand scientifique allemand, protégé du duc de Brunswick. Mais l’analyse numérique, en particulier l’étude des nombres premiers, constitue sans doute la partie de son oeuvre la mieux connue.

 

Publié dans : Grandes idées de la Science | le 20 mai, 2019 |Pas de Commentaires »
12345...13

Pensées éparses d'une ... |
Desmotspourmesmaux |
Magister60 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ET SI JE CHANGEAIS DE CORPS
| Mon chemin vers le jeune
| Marikadorian